Retour à l'accueil

 

Alphabets

 

Il ne suffit pas d'aimer l'enfant qu'enchante le premier papillon de la terre

Petit sœur il faut d'abord apprendre l'alphabet

 

"A, b, c, d, e, f, g..."

 

Il faut avoir tout avalé

Avalées, les petites nouilles en formes de lettres de chez Panzani dans leur bouillon moucheté d'huile

Avalés, les livres d'image, avalée Poule Rousse avec des lunettes trop grandes en plastique bleu et une coupe au bol

Avalée, la voix de maman qui lit Pagnol et s'amuse à "rouler les R comme une rivière roule des graviers"

Avalés les lettres et les chiffres recopiés sur le cahier de vacances barbouillé de chocolat

Avalées la logique, les conjonctions mais ou et donc or ni car avec du chewing gum séché sous la table des opérations plus fois moins par

Avalés gestes signes sons associés

en chanson pour façonner les synapses

 

"h, i, j, k"

 

Il ne suffit pas d'aimer l'enfant qu'enchante le premier papillon de la terre

petite sœur il faut avoir désiré parler toutes les langues du monde

Devi aver voluto, kleine Schwester, parlare tutte le lingue del mondo

menia zavout Oregi Harawovitch and know that

I contradict myself, (I am large, I contain multitudes.),

Que quiero hacer con todos lo que la primavera hace con los cerezos pero

Tabi ni yande / Yume wa kareno wo / Kakemeguru ^[ 旅に病んで 夢は枯野を かけ廻る

malade en voyage

mes rêves parcourent seuls

les champs désolés

(Bashô)]

 

Il faut qu'on t'ait caparaçonné la psyché d'une atmosphère sillonnée de signes abstraits, assigné dès l'enfance à un système linguistique colonisé par des alphabets scellant la sécession de sapiens sapiens avec la biosphère

 

que t'aies tenté d'écrire des al-Khwarizmi dans des langues mortes à la Sapho ou Cicéron : si hortum cum biblioteca habebis nihil deerit alors hash bang slash bin slash bash newline alias space crash égale wipe slash dev slash alpha dash B

 

"l m n o p"

 

Il ne suffit pas d'aimer l'enfant qu'enchante le premier papillon de la terre

petite sœur

Il faut avoir pleuré le silence des papillons

Savoir que les collines font des vagues

Et les pinèdes des moutons de terre

Mais la forêt est une traînée de poudre

Rêver la douceur des peaux sans écailles

Et des langages qu'on n'écrit pas

pressentir que converser avec la terre c'est apprendre l'enfance à rebours

Redevenir analphabète

Sans parvenir

À reprendre la route des grandes vacances bordée de platanes

Jusqu'au baptême des pins d'Alep

au village juché sur la colline

Éguilles qui rôtit au soleil du midi

Avant le chemin de la genêtière

 

"q, r, s, t, u v"

 

Il ne suffit pas d'aimer l'enfant qu'enchante le premier papillon de la terre

petite sœur

Il faut avoir cherché son papillon partout

Dans les premiers mots, ceux qui croustillent, lorsqu'on croque leurs lettres, comme des cristaux de sucre

Dans l'affriolante marée de lavande, de thym et de romarin de la genêtière au pied de la colline

et ce parfum de coco des fleurs d'Argelàs froissées entre deux doigts

Dans toutes les langues du pays d'Aix, où croasse l'écorce et crisse l'air

 

"w, x..."

 

x - ks - ks

Il ne suffit pas d'aimer l'enfant qu'enchante le premier papillon de la terre

Il faut savoir rester enfant et papillon pour une petite sœur